VERS LES ELECTIONS/ POINT DE PRESSE DE SUR LES PREPARATIFS DES ELECTIONS COMMUNALES, COMMUNAUTAIRES ET LOCALES (CENI)

MERCREDI 06/12/2017 : Suite au décret convoquant le corps électoral pour le 4 février 2018 sur les ondes des médias d’Etat par le président de la République, en début de semaine, la C.E.N.I (Commission Électorale Nationale Indépendante), institution chargée d’organiser ces consultations a tenu aujourd’hui dans les locaux de la maison de la presse à 12 heures une conférence de presse sur les états d’avancement des préparatifs des élections communales, communautaires et locales qui ont fait couler beaucoup d’encre ces derniers temps dans la sphère politique.

Le président de la CENI monsieur Amadou Salif Kebe, conférencier de la circonstance était accompagné par la vice-présidente de l’institution, du trésorier ainsi que du responsable des opérations.

 

C’est le souci renouvelé de l’institution à faire le point à chaque fois que des élections sont annoncées en République de Guinée. Il y a quelques mois cette CENI avait pris l’engagement de tenir les élections à une date de leur convenance après consultation de toute la classe politique au cours d’une retraite organisée au Novotel de Conakry  la date du 04 février a été choisie.

Il faut savoir que malgré l’absence de révision des listes électorales ; les nouvelles lois (code électorale et du code des collectivités locales) ont imposés de nouvelles exigences qui devraient être respecté à savoir :

  • Personne ne devrait à plus de 5 km de son bureau de vote en raz campagne et plus de 2 km en ville
  • Il faudrait désormais que chaque bureau de vote ne contienne que 600 électeurs au lieu de 1000 anciennement

Pour monsieur Kebe : «  Ce sont ces mises au point des différents ajustements techniques opérés par des équipes techniques qui permettront par exemple d’avoir une idée sur le nombre des bureaux de vote et éventuellement imprimer le nombre de listes électorales définitives ; ainsi lancer l’impression des cartes de vote et leur distribution. Une cellule de Suivi Technique du Processus Electoral qui est une structure de transparence et de partage des informations avec toutes les parties prenantes est également formée pour coordonner la faisabilité de toutes les opérations afférant à l’organisation des élections ».

Se prêtant aux questions, Mr Kebe a tenu éclaircir certains points notamment : le cautionnement dont certains parlent et qui est prévu par la loi par une commission qui fait des propositions au président. Ce cautionnement est une partie des remboursements par rapport à la confection des bulletins de vote qu’on impose à tous les candidats. Et d’ailleurs à ce jour aucune plainte légalement formulée n’a été accusée : 8 millions pour les communes urbaines et 3 millions pour les communes rurales.

A ce jour pour l’organisation de ces élections, l’institution a déjà reçu 115 milliard qui leur permet d’exécuter progressivement leur activité ; et 210 milliards sont actuellement domiciliés dans un compte à la banque centrale au nom de la CENI, qui seront éventuellement mis à disposition pour finaliser les activités jusqu’à mi-janvier.

Parlant des difficultés techniques, le président rassure qu’il y aura toujours un plan B ou C, et suffisamment de kits pour parer à toutes éventualité. Et que ces opérations de traitement des informations à la base sont purement manuelles.

Les prochains jours restent déterminants sur la route vers les élections envisagées. Les acteurs politiques des grandes formations politiques se font timides. Parallèlement, les candidats indépendants, se multiplient et occupent progressivement l’espace de communication. Le mois de janvier 2018, qui s’annonce va certainement clarifier la donne sur le terrain et vers la conquête de l’électorat.

Signé : Lamine Touré

Contact : 620 78 11 32