PRESSE/ « LA CONVENTION COLLECTIVE CADRE RÉGLEMENTAIRE ET SEULE SOLUTION POUR REGLER LES PROBLEMES AUXQUELS FONT FACE LES EMPLOYES DE PRESSE » DIXIT SYDI DIALLO SECRETAIRE GÉNÉRAL DU SYNDICAT DE LA PPG.

Conakry le 16/08/2018 : A la solde d’une conférence de presse du collectif des journalistes licenciés de la Radio BONHEUR FM, suite à une situation qui perdure depuis prés de quatre mois entre le patron de la radio bonheur FM du nom de Ouztach Hafisiou Sow et certains de ses travailleurs, que monsieur Sidy Diallo secrétaire général du syndicat  de la presse privée de guinée a lâché cette expression comme pour dire que les relations de travail entre les employés et les partons de presse doivent être régies selon des dispositions réglementaires pour la bonne pratique du métier.

Pour la petite histoire la radio bonheur FM a été lancée en mai 2012. Et la plupart des revendications datent du 04 décembre 2014 quand après prés de deux ans d’activités les travailleurs décident de donner une sens au noble métier qu’ils mènent sur fond de réclamations de certains droits indispensables pour tout travailleur à savoir:

– Une augmentation de salaire

– La mise à disposition d’un bulletin de salaire

– L’organisation des textes à l’interne pour les candidats au stage

-L’augmentation du nombre d’ordinateurs pour la rédaction

– La prise en charge des cas d’accidents de travail très récurrents

– La publication d’un règlement intérieur pour éviter que le personnel soit sanctionné de façon arbitraire

– La formation etc.

Faisant croire à la face de l’opinion que les travailleurs de la radio bonheur FM étaient parmi les mieux payés  des médias de la place, monsieur Hafisiou Sow avait en réalité pour seul souci de les faire immatriculer à la caisse nationale de sécurité sociale chose qui n’avait rien à voir avec leurs attentes. C’est ainsi que certains journalistes et techniciens n’ayant aucun poste ont depuis décidé de prendre leur destin en main en lançant un préavis de grève conformément au code du travail qui est resté sans suite de la  part des responsable malgré un montant placé à trois millions de francs guinéens à négocier.

Après plusieurs tractations et implications de certains sages sur recommandation, le patron de la radio est resté sourd des cris de cœur des travailleurs qui cette fois ci vont en grève le 15 avril 2018; et depuis des courriers ont été adressés au président de l’URTELGUI Sanou kerfalla Cissé, au syndicat de la presse privée de guinée en la personne de Sidy Diallo ainsi qu’à madame Martine Condé de la HAC qui d’ailleurs avait pris une première mesure en fermant la dite radio et rouverte par la suite sans aucune réaction de monsieur Hafisiou sow.

Le 30 avril , l’inspection générale du travail a été saisie sur l’affaire par les travailleurs qui ont été entendus le 03 mai, et trois convocations ont été adressées à Mr Hafisiou sans suite.

Ce que l’on est en droit de savoir, après l’implication de toutes les autorités compétentes en la matière, Mr hafisiou sow contre toute attente et fort de sa position de patron de presse s’en va à la Mecque et  reste sans dire mot sur la situation de ces pauvres jeunes qui depuis quatre mois sont abandonnés à leur sort sans salaire avec pour seul crime la réclamation d’un droit légitime.

Si l’Etat même failli à ses devoirs, voilà des situations qui s’imposent par le fait d’un simple individu nanti de je ne sais  quoi……. dixit Sidy Diallo.

A ce jour une procédure judiciaire est déclenchée contre monsieur hafisiou Sow et elle prendra effet dés la fin des vacances judiciaires de Maitre Béavogui .

 

A suivre……..

Lamine Touré directeur de publication du site www.dspguinée.org

Tel/ 620 78 11 32