POLITIQUE/REACTION A LA DERNIERE ASSEMBLEE DU RPG ARC-EN-CIEL PAR UN COLLECTIF D’ORGANISATION DES DROITS DE L’HOMME

Conakry le 20 mai 2019 : La dernière assemblée générale du RPG arc-en-ciel le samedi passé sous la présidence de son excellence Mohamed Diane ministre d’Etat à la défense et chargé des affaires présidentielles a vu officiellement lancer le projet d’une nouvelle constitution(RÉFÉRENDUM) par les partisans de la mouvance présidentielle ; assemblée au cours de laquelle le second homme fort du parti au pouvoir réputé être discret dans ses actions aurait lâché : « On a jamais parlé d’un quelconque troisième mandat mais oui pour un projet de referendum constitutionnel… ».

Depuis les langues se délient de plus en plus, les communications se multiplient de part et d’autres ; et c’est dans cet élan qu’un collectif de défense des droits de l’homme contre un nouveau mandat (CODHONM) pense que le seul objectif est de voir s’éterniser quelqu’un au pouvoir en violation des textes.

Plusieurs éléments notamment la réaction favorable des élus de Kankan- les tractations qui sont en cours en guinée forestière pour une adhésion à la cause- et dernièrement l’officialisation du dit projet à l’assemblée générale du parti au pouvoir avec l’intervention d’un cacique du RPG Docteur Mohamed Diane.

Eu égard à tous ces constats monsieur CHAIKOU YAYA DIALLO du Centre Guinéen pour la Promotion des Droits de l’Homme (CPDH) pense ceci : 

« Je sais que le ministre de la défense est un ministre de la république et un membre du RPG arc en ciel.

 Mais alors qu’il est interdit au président de la république de venir au siège d’un parti politique ; c’est pour un peu garantir le principe républicain et neutre de l’Etat. Donc lorsque le ministre de la défense en charge des forces de sécurité et de défense se retrouve dans un QG de parti politique et faire des déclarations en faveur d’une nouvelle constitution, c’est comme s’il est en train de donner des ordres aux forces de police, de la gendarmerie et à l’armée qui pour lesquelles en vertu de l’article 144 de la constitution sont tenus de garder leur caractère républicain conformément à leur mission constitutionnelle, ils ne sont soumis qu’à l’autorité civile et dans le but d’un intérêt général ; nous avons par contre montrer par A plus B que le projet d’un troisième mandat n’est pas d’intérêt général pour le peuple de guinée et par conséquent, il est important d’attirer l’attention du ministre de la défense de dire au même moment  que s’il est en faveur d’une nouvelle constitution qu’il n’a pas l’obligation de donner des ordres à la police, à la gendarmerie, à l’armée de réprimer des citoyens qui en vertu de l’article 22 de la constitution ont le droit de défendre la patrie…… Pour dire clairement nous croyons que les ministres de la république ne peuvent pas venir dans les sièges des partis politiques  et tenir des déclarations aussi graves que celles qu’ils sont en train de tenir ce qui renvoie à la faiblesse de nos institutions si non on aurait déjà vu la cour constitutionnelle interpellée le président de la république et ses ministres de ne pas aller dans les partis politiques pour tenir des propos par ce qu’ils incarnent le manteau de l’Etat.

Le président de la république ainsi que tous ses ministres sont là pour tout le peuple de guinée et non pas au service d’un parti politique. Nous croyons que le ministre de la défense ne devrait pas être là-bas et cela en violation de l’article 26 de la constitution.

Le CODHONM est en train de mener des démarches auprès des missions diplomatiques ; ainsi à la communauté internationale, à l’union Africaine et à la CEDEAO d’œuvrer afin de continuer à aider la guinée pour préserver les acquis démocratiques et d’éviter à notre cher pays des crises pouvant entrainer des conséquences désastreuses ».*

A suivre………..

Lamine Touré directeur de publication www.dspguinée.org

Tel : 620781132

 

Laisser un commentaire