MINISTERE DES HYDROCARBURES/ Point de Presse sur le Réajustement des Prix des Carburants à la Pompe

Conakry le 03 juillet 2018 : Prés de 72 heures après la hausse du prix du carburant à la pompe qui suscite actuellement beaucoup de remous sociaux qui se profilent à l’horizon de la part de plusieurs forces vives de la nation (syndicats , société civile, politiques, parlementaires etc..) ainsi qu’une frange importante de  la population ; le ministère en charge des hydrocarbures à sa tête Mr Zakaria Coulibaly en compagnie des ministres du budget, de l’industrie et du commerce, de l’enseignement technique et de la formation professionnelle et du travail ainsi que de l’inspecteur général du travail, ont tenu un point de presse sur les motifs portant nécessité d’augmentation du prix du carburant.

A ce sujet répondant à une question d’un confrère, le ministre Zakaria s’explique en ces termes sur la nécessité d’augmentation du prix à la pompe dont la subvention en réalité profite beaucoup plus aux gros consommateurs qui n’est pas chose aisé pour l’Etat devant sans cesse faire face à la demande croissante de la population pour la réalisation des infrastructures de bases et la mise sur le marché des produits de premières nécessités.

Pour lui : « La structure des prix en guinée n’est pas seulement du fait du gouvernement mais c’est aussi du fait de la législation. Elle comporte quelques sept à huit régime : des régimes avec toutes taxes comprises ou toutes taxes assises, ou bien des régimes préférentiels dont les allègements s’expliquent.

  • Le régime des ambassades qui payent moins que les populations et qui s’explique par la convention de Viennes que la Guinée a signé en 1968 qui reste être une clause de réciprocité par rapport à certaines taxes

Au-delà, l’Etat fait des efforts dans d’autres segments notamment

  • Au niveau de l’énergie, malgré une subvention monétaire au niveau des finances publiques, au-delà l’Etat renonce au niveau du carburant à toutes ces taxes sur l’énergie ; le seul but pour avoir le coût de kilowattheure qui sera produit à un coup amoindri afin d’alléger la facture du consommateur
  • Il y le segment de l’eau, il y a au niveau des finances publiques une subvention mais cumulativement à cette subvention, l’Etat fait encore des efforts au niveau du carburant en renonçant à ses taxes
  • Au niveau du shipping international qui est aussi du domaine de la convention internationale, tous les bateaux battants pavillons international qui viennent en guinée et étant dans une clause de réciprocité avec la guinée selon la convention de viennes
  • Au niveau des mines également considérées comme porteuses d’emplois l’Etat a fait un effort non pas pour soulager les miniers, mais pour les inciter à investir en privilégiant la destinant guinée au détriment des autres pays mais surtout les permettre de prospérer afin de créer ce l’emploi
  • Au niveau de la pèche également le gouvernement a demander aux parlementaire de renoncer à ces taxes pour que les pécheurs locaux puissent mener leur activités de pêche à des conditions de cout très alléger pour approvisionner suffisamment le marché local

C’est pour vous dire que ce n’est pas une décision volontariste du gouvernement de subventionner mais plutôt de légiférer. Le gouvernement n’a droit légal de subventionner que dans ces segments  privilégiés

Il y les catégories TTC toute taxe comprise ; les catégories qui vont à la pompe et  les catégories gros consommateurs telles que les industries, les agroalimentaires, les téléphonies. Ces catégories selon la législation de la guinée doivent se conformer au régime TTC ».

D’ailleurs au cours de son exposé, monsieur le ministre souligne que l’Etat  dans cet exercice a renoncé entre Octobre 2017 à Juin 2018 à près de 736 milliard dans la subvention du carburant.

Il est clair que cette communication du ministre des hydrocarbures ne s’inscrit nullement pas à une revue à la baisse du prix du carburant à la pompe fixé le 1er juillet, mais pense plutôt à une négociation déjà ouverte avec les acteurs sociaux pour des mesures d’accompagnement face à cette situation.

En attendant les deux centrales syndicales USTG-CNTG ont lancé un avis de grève devant prendre effet le 04 Juillet 2018 pour une durée de trois jours si le gouvernement ne revenait pas à de meilleurs sentiments.

A suivre…….

Lamine Touré Directeur de publication www.dspguinée.org

Tel : 620 78 11 32