JUSTICE / Retrait du collectif des avocats des sieurs Cherif Bah, Ousmane Gaoual Diallo, Abdoulaye Bah, Etienne Soropogui et Cellou Baldé de la procédure en cours.

Conakry le 24 février 2021 :   Dés après les multiples arrestations qui se sont opérées avant et après les élections présidentielles  du 18 octobre 2020 ; le collectif des avocats  qui a été mis sur pied de la police au cabinet d’instruction, jusqu’au renvoi devant le tribunal pour enfant et ayant en charge la défense des honorables Ousmane Gaoual Diallo, Cellou Baldé, messieurs Etienne Soropogui, Ibrahima Cherif Bah, Oumar Sylla alias Foniké mengué et plusieurs autres, estime être en face d’une procédure judiciaire déjà biaisée après plusieurs mois d’observation et de suivi de ces différentes procédures ; procédures dans lesquelles il souligne le caractère fallacieux des chefs d’accusation, les arrestations arbitraires prolongées et de surcroît la violation répétée et intolérable des droits de la défense à ne même plus avoir accès à leurs clients

En effet le collectif des avocats de la défense sur ce dossier par l’entremise de maître Béavogui pense « ne pouvoir s’associer à une procédure judiciaire inéquitable dans lequel il estime que les peines à distribuer sont déjà programmées ; et que cette justice serait plutôt soucieuse de satisfaire aux réquisitions du ministère public qu’à la manifestation de la vérité qui entraînera l’opinion nationale et internationale à assister à une parodie de justice ; et plus grave au même moment le pouls de juge d’instruction extrait nos clients pour les soumettre à des interrogatoires de façon isolée sans avocats même commis d’office alors que les faits poursuivis sont de nature criminelle.

Plus loin pour maître béavogui de toute évidence, l’instruction préparatoire au lieu d’être mené à charge et à décharge, celle-ci est uniquement conduite à charge ; nos clients n’ont plus aucune possibilité de démontrer leur innocence etc..  »

 

Toutes ces raisons ont poussé le collectif par un courrier du 10 février 2021 adressé au pouls de juges d’instruction en charge du dossier au tribunal pour enfant à notifier la suspension de sa participation à toutes les procédures du genre jusqu’à ce que les conditions d’un procès juste et équitable, garantissant les droits de la défense soient réunies.

A suivre….

Lamine Touré Directeur de Publication www.dspguinée.org

Tel : 620 78 11 32

Laisser un commentaire