GUINÉE : CONFÉRENCE CITOYENNE CORDIALE POUR UN DIALOGUE NATIONAL INCLUSIF

Il va falloir soulever un véritable débat institutionnel entre les différents acteurs qui sont : la société civile, la société politique, les Institutions républicaines et les forces vives, à travers une Conférence Citoyenne Cordiale pour  un Dialogue National Inclusif, dans l’Intérêt Supérieur de l’évolution institutionnelle de l’Etat.

Les simples déclarations par presse interposée et sur les réseaux sociaux dénotent de l’immaturité politique et institutionnelle de notre société. Les conséquences sont sans  appels, ce sont : des injures publiques, des menaces sur personne, de la défiance des institutions et de l’élargissement du clivage avec ceux qui nous gouvernent.

Dans une société structurée qui aspire à un développement institutionnel équilibré, les notions de : Dialogue et Accord, doivent permettre d’appréhender les obstacles politiques, sociaux et institutionnels.

De la notion du Dialogue

La notion de Dialogue, est principe constitutionnel en République de Guinée, la promotion du dialogue social est la Responsabilité du Premier Ministre, à cet égard, il doit en assumer la charge quelques soient les acteurs et visés. La construction de l’idéal de l’Etat que nous ambitionnons doit de se faire avec la contribution de tous les citoyens.

Comme le souligne, les conclusions du rapport de Dialogue  Citoyen et Co-construction de janvier 2015, de la ville de Nantes -FRANCE, je cite ; le dialogue vise cinq (5) finalités qui sont :

  • Fabriquer des politiques publiques plus justes, plus adaptées, plus efficaces, plus innovantes et mieux comprises.
  • Favoriser le lien social et le collectif.
  • Partager une vision commune dans un dialogue et une mise en débat entre élus et citoyens-acteurs.
  • Soutenir l’innovation sociale et le pouvoir d’agir (….).
  • Développer une culture de la sobriété et de la responsabilité partagée.

L’appropriation de l’outil du Dialogue, permet de lutter contre la défiance qui mine la relation citoyen et pouvoir publique. Mais il permet une implication certaine du citoyen dans la démarche constructive de l’édification d’une société mature politiquement  et socialement.

De la notion d’Accord

L’histoire récente de la Guinée, pour ne citer que les événements de 2007, 2010 et 2013, a prouvé que la notion d’Accord, demeure, l’outil et l’instrument de meilleure gouvernance publique et politique pour les différents acteurs.

Le principe des Accords, vise à la fois, une  convergence de vue et d’opinion, assorties de son acceptation pour une concorde sociale et politique.

L’accord est la conséquence de la promotion du dialogue social, son observation et son application est de la responsabilité des pouvoirs publics et politiques.

Par conséquent, le renouvellement de la pratique politique est une nécessité impérieuse en République de Guinée.

Souleymane TOURE