DOSSIER / FORUM DIASPORA : LES DESSOUS DE L’ECHEC DE LA MISE EN PLACE DU HAUT CONSEIL DES GUINEENS DE L’ETRANGER ET DE L’INVALIDATION DE L’ELECTION DE SON PRÉSIDENT.

Comme annoncé dans notre article intitulé : « MISE EN PLACE DU HAUT CONSEIL DES GUINÉENS DE L’ETRANGER ET ELECTION DE SON PRÉSIDENT », publié dans les colonnes de notre site www.dspguinee.org , à la date du 26 janvier 2018, mis en ligne à 00 heure 42 minutes, votre rédaction a appris un rebondissement au sujet du FORUM DE LA DIASPORA GUINÉENNE.

En effet, la Capitale de Conakry, a accueilli l’organisation FORUM DES GUINEENS DE L’ETRANGER (FGE) DU 24 AU 25 JANVIER 2018 A L’HOTEL NOOM. Il s’inscrit dans le cadre de la réalisation des objectifs visés par les autorités de la troisième République, pour l’amélioration des conditions de vie des guinéens vivant à l’étranger et surtout pour la recherche des voies et moyens en vue de leur participation effective au processus de développement économique, social et culturel de la Guinée.

Selon, des chiffres estimatifs fournis par l’Organisation Internationale pour les Migrants (O.I.M),  cinq (5) millions de Guinéens vivent à l’étranger.

Dans son discours, le Ministre de la Justice, Cheick Sako, représentant, le Ministre des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, Mamady Touré, souligne les difficultés dont font face nos compatriotes, ce sont entre autres :

  • Les méthodes informelles de transfert de fonds de la Diaspora ;
  • Le manque de coordination entre les différents groupes et associations de la diaspora ;
  • Les difficultés liées au rapatriement de dépouilles mortelles ;
  • Le déficit de confiance et de communication entre les guinéens de l’intérieur et ceux de l’extérieur ;
  • Le déficit de collaboration entre les guinéens de l’étranger et nos missions diplomatiques et consulaires ;
  • Le manque de fonds pour appuyer les initiatives et la réintégration des guinéens de l’étranger ;
  • L’insertion des guinéens de la diaspora dans les différents pays de résidence ;
  • La réinsertion des guinéens de la diaspora après leur ret

Autant de raisons, qui faisaient que la tenue du Forum, apparaissait comme une nécessité et une réponse adéquate aux préoccupations déclinées ci-dessus.

Il faut noter que le Forum est organisé par le Ministère des Affaires Étrangères et des Guinéens de l’Étranger (M.A.E.G.E),  en partenariat avec l’Agence de Promotion des Investissements Privés  (A.P.I.P) et avec le soutien technique et financier de l’Organisation Internationale pour les Migrations (O.I.M). Mais surtout, il a bénéficié d’une grande mobilisation des guinéens de l’étranger.

Une phase préalable, a précédé la tenue de ce Forum à Conakry. C’est celle de la mise en place et de l’élection des Conseils de guinéens dans les différents pays de résidence (Afrique, Asie, Amérique et Europe). Bien que des difficultés et des crises aient été enregistrées dans certains pays, qui ont marqué par leur absence au Forum, tenu à date.

Si les dates du 24 et du 25 janvier 2018 ont été soutenues, il faut noter que l’impréparation et l’amateurisme ont caractérisés les plénières du Forum. Certaines annonces et certaines décisions ont été prises et se sont vues remises en cause. Les raisons elles ne s’expliquent pas.

Qu’est ce qui s’est réellement passé dans la mise en place du H.C.G.E et dans l’élection de son président, en la personne, de Djémory KOUYATE, président du Conseil des guinéens de l’Allemagne ?

En effet comme on l’avait annoncé plutôt, l’élection du premier Bureau du H.C.G.E et de son président, a été invalidée.

Les raisons, nous avons cherché à les comprendre par l’interview, qu’à bien voulu nous accorder, une source, représentant, un conseil d’un pays.

Selon, notre  source qui a bien voulu garder  l’anonymat, le scrutin pour l’élection des membres du bureau du Haut Conseil des Guinéens de l’Etranger (H.C.G.E) a été très mouvementé.

Les postes à pourvoir étaient, celui du Président et des cinq (5) Vice-présidents (Afrique, Europe, Asie, Océanie et Amérique).

Le corps électoral était composé de trente-six (36) pays, représentants, les différents conseils présent pour le forum. Dès l’entame, dix (10) pays furent écartés, puisque n’ayant au préalable élis leurs conseils. Ce qui ramenait le corps électoral à vingt-six (26) pays remplissant les critères pour participer au vote.

Sept (7) pays à travers la présidence de leur conseils, ont annoncé leurs candidatures au poste de Président du H.C.G.E, ce sont : l’Allemagne, La France, La Chine, La Belgique, La Corée du Sud, La Cote d’Ivoire et le Mali. Par la suite, La Corée du Sud et la Belgique, ont retirés leurs candidatures pour des raisons qui leurs sont propres. Ainsi, il revenait aux représentants de l’Allemagne, la France, la Chine, la Cote d’Ivoire et le Mali de se présenter pour la compétition.

Voir les résultats du scrutin dans le tableau ci-dessous :

 

 

 

 

Candidats

 

 

Nbre de Votants

 

Suffrage

Valablement exprimé

 

 

Suffrage  par  candidat

 

 

Résultats

1 Allemagne 26 26 16 1er
2 France 26 26 2
3 Chine 26 26 3
4 Mali 26 26 3
5 Cote d’Ivoire 26 26 2

 

Les résultats issus du scrutin, tels que rapportés par notre source, donne le candidat de l’Allemagne, Djemory Kouyaté, vainqueur.

L’élection du président du H.C.G.E, est suivi de l’élection des postes de Vice-présidents. Sont ainsi, élus aux différents postes les candidats suivants :

  • Mme Haidara Cissoko Saran, est élue vice-présidente, département Afrique ;
  • Mr Ahmed Barry, vice-président, département Europe ;
  • Sultan, vice-président, département Asie
  • ………………, vice-président, département Amérique ;
  • ………………, vice-président, département Océanie.

Les différents postes pourvus, ont suscité de la frustration chez, le candidat et président du Conseil de la Cote d’Ivoire, Sekou Kaba, qui s’est retiré du vestibule très remonté, suite à son échec.

C’est à cet instant, que le Secrétaire Général, du Ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, s’est invité dans le vestibule, suivi du Ministre d’Etat, Ministre de la Justice et Garde des Sceaux, Me Cheick SAKO, annonçant à l’assistance, l’invalidation du vote et des résultats, dit-il par référence à la non-représentation de certains pays, du coup, il est envisagé un report pour d’autres élections dans les semaines qui suivront.

Selon toujours notre source, très interrogatif, se demande, à qui profite cette invalidation d’un scrutin, qui a revêtu une transparence sous le regard et la supervision des représentants de l’Organisation Internationale pour les Migrants (O.I.M), partenaire technique et financier du Forum de la Diaspora Guinéenne ?

Cette question à le mérite de trouver une réponse, même l’invalidation entraîne une grande suspicion quant à la sincérité et la régularité des futures élections, si elles aboutissent d’ailleurs.

IMPREPARATION, AMATEURISME OU EMPRESSEMENT DES ORGANISATEURS (O.I.M, A.P.I.P  et M.A.E.G.E) DANS LA MISE EN PLACE DU H.C.G.E.

Il faut rappeler que l’idée de la mise en place de cette structure faitière ne date pas d’aujourd’hui. Elle existe et a été entretenue depuis des années à travers les différentes administrations qui se sont succédé à la tête de ce département. Certes, sa matérialisation a vu le jour aujourd’hui et ce dans l’ignorance totale ou le rejet systématique des actes posés par les prédécesseurs de ceux qui gouvernent aujourd’hui.

Ainsi, si on faisait prévaloir, le principe sacro-saint de « LA CONTINUITE DE L’ADMINISTRATION », la situation allait été plus aisée.

Selon des informations détenues par notre rédaction, un acte majeur en l’occurrence, le Décret N°084, du 17 mai 2010, portant Cadre Organique du H.C.G.E existe  déjà, un autre en projet relatif au Statut du H.C.G.E, existe aussi et n’attend que, d’être soumis au Chef de l’Etat. Ces actes règlementaires décrivent et facilitent la mise en place du H.C.G.E. Mais leurs ignorances et leurs non prises en compte démontrent  la volonté des gouvernants du moment à s’entremêler les pinceaux et à faire les choses à la n’importe pièce.

Plusieurs couacs ont été notés dans l’organisation du Forum en passant par l’élection du Bureau et du Président. Les conséquences ont été immédiates.

La manière dans l’organisation du Forum, si elle y était aurait apporté toute la réussite attendu par la visibilité et l’engouement qu’a suscité cet évènement premier du genre pour notre pays.

En effet, il aurait été souhaité, d’organiser une plénière, qui aurait permis de recueillir des témoignages de nos compatriotes vivants à l’étranger, de prendre en compte leurs aspirations exprimées à l’occasion, et de terminer par des ateliers avec des thèmes porteurs,  du genre :

  1. Gestion des guinéens de l’étranger par le H.C.G.E ;
  2. Protection des guinéens de l’étranger dans leurs pays d’accueil ;
  3. Promotion des guinéens de l’étranger tant à l’international que dans leur retour au pays.

Le Forum de la Diaspora du 24 et 25 janvier 2018, a été tout, sauf le vrai diagnostic attendu vers la mise en place du Haut Conseil des Guinéens de l’Etranger.

Il va s’en dire que le défi qui se présente au Ministère des Affaires Etrangères et des Guinéens de l’Etranger, à son Partenaire l’Organisation Internationale pour les Migrants (O.I.M) et la Direction des Guinéens de l’Etranger, point d’ancrage et de mise en œuvre, est toujours d’actualité.

L’échec enregistré dans la mise en œuvre du premier Bureau du H.C.G.E et l’invalidation du vote qui a vu élire le premier président du H.C.G.E, doivent interpeler les organisateurs à plus d’inclusion des acteurs passés doublés d’expérience dans la gestion de la question, ceci pour garantir un réel succès et un consensus à la mise en place de la structure faîtière qui par ses fonctions est un organe consultatif du Gouvernement et peut dans l’avenir présenter plus d’atout dans cohésion nationale souhaitée par tous.

La Rédaction du site www.dspguinee.org

Téléphone : 620 781 132