BUSINESS/ Un projet d’appui à la dématérialisation des systèmes de contrôle de la police routière ( MOTRACK) en Guinée

CONAKRY le 28/02/2019: Deux jeunes entrepreneurs et start-Upper résidant respectivement en Belgique et aux états unis, de nationalité guinéenne, dans l’initiative d’expérimenter leur projet en République de Guinée, comme déjà innover en Belgique et dans d’autres pays africains tel que le Rwanda; pensent que la Guinée ne pouvait rester en marge de cette innovation avec l’ère des nouvelles technologies de l’information et de la communication.

Ce projet déjà introduit à la primature, a été l’objet d’une première discussion sur le plan théorique afin d’en saisir tous les contours.

Le mécanisme et le processus de modernisation de l’administration guinéenne étant le cheval de bataille de Monsieur le président de la République et de son chef de gouvernement Mr Ibrahima Kassory Fofana; le projet dénommé MOTRACK se voit être un projet transversal qui verra beaucoup de départements sectoriels y bénéficier notamment le ministère du transport, le ministère des Travaux publics etc…., mais aujourd’hui le ministère de la Sécurité notamment sa direction nationale de la police routière semble être le principal bénéficiaire du dit projet par les produits qu’il propose pour un premier temps.

En effet MOTRACK est l’un des produits de AIOSI-ALL-IN-ONE SYSTEME and INNOVATIONS. Une start-Up dont la mission est de contribuer à la résolution des problèmes qui se présentent dans les domaines de l’Education, de la Santé et de la Sécurité. Elle contribue au développement technologique de l’Afrique et aide les gouvernements et les entreprises à résoudre les problèmes les plus importants, à réduire le taux de chômage et à générer plus de revenus.

La police guinéenne depuis des lustres est confrontée selon ses responsables à d’énormes difficultés dans le contrôle  et la surveillance du trafic routier, du parc auto guinéen en temps réel notamment dans le dégagement de la voirie urbaine par l’utilisation de grues mobiles, d’engins de surveillance et autres moyens logistiques.

Le gouvernement consacre d’importantes ressources financières pour déployer les services de polices le long des intersections dans le cadre du traitement des vérifications ponctuelles des assurances, des taxes et des certificats techniques des véhicules.

C’est pour répondre à toutes ces questions que le projet MOTRACK intervient enfin de doter la police d’une technologie puissante et facile d’utilisation par les agents de la police routière, en dématérialisant les contrôles effectués sur les véhicules et permettant le partage d’information numérique entre les autorités policières et les entreprises( assurance, fiscalité et contrôle technique). Le projet MOTRACK a pour caractéristique principales:

– Gérer le processus de bout en bout, du dédouanement du véhicule au port ou à la frontière jusqu’à sa mise en circulation.

– il n’est plus obligatoire d’afficher une licence d’accise( vignette) sur un véhicule. L’ensemble du processus peut maintenant être administré électroniquement.

– Les message de rappel sont envoyés automatiquement par e-mail et SMS aux propriétaires de véhicule dont les documents sont en cours d’expiration.

– Grace à nos Smartphones et tablettes, MOTRACK fonctionne dans les zones les plus reculées en mode déconnecté avec possibilité d’appel talkie-walkie

– En introduisant le numéro de la plaque d’immatriculation d’un véhicule dans le système, l’agent de police peut déterminer si le véhicule répond aux normes de sécurité routière.

– L’analyse des tendances dans les fichiers de sécurité peut déterminer qui fait quoi, quand et ou (système de géo localisation).

Avant de définir la nature de la collaboration prochaine avec le gouvernement notamment avec le ministère de la sécurité, les porteurs du projet MOTRACK dans leur pro activité ont présenté et mis à disposition du département de la routière quatre engins grues mobiles et des tablettes et Smartphones MOTRACK dans son utilisation aux responsables du département de la police.

Les discussions sont en cours, les responsables de la police et du gouvernement présents dans la salle lors de la présentation du projet ont à l’unanimité accueilli et accepté l’idée du projet et comptent tout mettre en œuvre pour l’appuyer et permettre aux porteurs du dit projet de passer à la seconde phase: celle de sa réalisation. Mais avant plusieurs discussions sont en cours avec toutes les parties prenantes.

A suivre…….

Lamine Touré directeur de publication www.dspguinée.org

Tel: 620 78 11 32

Laisser un commentaire