Conakry le 06/06/2019 :

CITOYENNES ET CITOYENS

La Guinée notre pays traverse depuis plusieurs semaines, un environnement socio-politique pollué par un débat inopportun, impertinent et dangereux, parrainé par un prétendu Front Nationale de Défense de la Constitution, autour du projet de la nouvelle constitution.

L’ANC (l’Alliance pour une Nouvelle Constitution) condamne fermement, l’attitude prétentieuse et anti républicaine du FNDC.

Nul ne peut se prévaloir de la souveraineté du peuple.

C’est ce qu’on a envie de répondre quand on lit un groupe d’imposteurs qui s’érige en donneur de leçon. Nous voulons répondre à ces prétendus défenseurs de la constitution ceci :

« On ne défend pas une constitution en la violant, ceux qui font semblant de défendre consacrent la pluralité des opinions et leurs expressions. Cette liberté d’expression n’est-elle pas l’essence même de la démocratie ?

Il n’y a point de mal pour une citoyenne ou un citoyenne lamda de prendre une position pour une question aussi importante de la nation comme le changement de la constitution. A fortiori pour un ministre d’Etat, ministre de la défense nationale, des affaires présidentielles de la trempe de Docteur Mohamed Diané de défendre et de sensibiliser le peuple sur le bien-fondé d’une nouvelle constitution.

Que dire de son excellence Monsieur le premier ministre Docteur Ibrahima Kassory Fofana, chef du gouvernement ? N’est-il pas de son droit et de son devoir de proposer et promouvoir tout ce qu’il juge utile et nécessaire pour notre pays ?

Cette liste nominée renferme que des patriotes et des élites de la république dignes de confiance et du soutien du peuple et de l’ANC. Ce qui réconforte un peu est de constater qu’en Guinée le droit d’expression est garanti à tous les citoyens.

Si non des néophytes comme les membres surexcités du FNDC ne peuvent s’attaquer inopinément à des citoyens libres ; lister et menacer des cadres de l’Etat guinée est une aventure de désinvolture sans conséquence.

Le FNDC est truffé de politiciens qui ne se battent que pour les intérêts de leurs formations politiques. Ils oublient volontiers cette constitution lors des accords politiques et en abusent de ses dispositions notamment : l’article 10 relatif aux droits de manifestations de rue.

Peuple de guinée : le dialogue social, le referendum, le débat citoyen sont des parties intégrantes de la démocratie ; une société civile responsable ne peut les réfuter. Sachons garder raison, il n’y a pas de feu à la case, ce n’est pas la première fois que la Guinée change de constitution. On la fait en 1982 ? en 1990, en 2010 et si le peuple l’accepte on le fera encore car aucune loi n’est supérieure à sa volonté. Personne ou aucun groupe ne peut restreindre cette volonté du peuple à aller au referendum.

L’ANC persiste à aider le peuple à aller au referendum, c’est pour corriger les insuffisances et autres incohérences de l’actuelle constitution ; incohérence sur le fond et la forme.

  • Sur le Fond : ces incohérences portent sur certaines dispositions notamment au niveau des libertés, des droits et devoirs fondamentaux des citoyens. Ainsi l’article 10 reconnaît aux citoyens le droit de manifester et de cortège, mais ne donne aucune limitation ou encadrement de ce droit.
  • L’article 14 : donne droit aux institutions et aux communautés religieuses de se créer et de s’administrer librement. Là aussi, il n’y a aucun encadrement juridique.

Pour ne citer que cela.

  • Sur la Forme : cette constitution est la seule dans notre histoire, depuis l’avènement de la démocratie guinéenne, qui n’a pas été soumise à l’approbation du peuple.

L’ANC propose de dépolitiser le débat citoyen et invite le peuple à aller à l’essentiel. C’est le lieu de prendre à témoin l’opinion nationale et internationale en situant maintenant les responsabilités des membres du FNDC sur les agitations et agissements qui visent à mettre en péril l’unité nationale et la quiétude sociale en s’attaquant au citoyens pour leur opinion favorable à une nouvelle constitution.

L’ANC invite tous les citoyens épris de paix à se joindre à nous pour promouvoir ce projet qui vise à garantir l’avenir des générations futures et à moderniser nos institutions.

Il ne faut pas accorder de crédit à ces mouvements fantaisistes qui font semblant de défendre le peuple. En vérité, ils défendent les accords de par lesquels ils nous tiennent actuellement et surtout qui les profitent au détriment de l’intérêt public.

C’est pourquoi nous en appelons à la conscience citoyenne de tout le peuple de Guinée afin de dépassionner le débat autour de ce projet de la nouvelle constitution.

Pour finir, nous interpellons la jeunesse guinéenne et les braves femmes guinéennes qui représentent la plus grande tranche de la population, à saisir l’opportunité qui s’offre à nous, afin de s’ériger en force de proposition pour que nos aspirations soient prises en compte dans la nouvelle constitution, au lieu de rester observateur silencieux, impuissant et inactif.

ALLONS AU RÉFÉRENDUM

OUI POUR UNE NOUVELLE CONSTITUTION

VIVE LA RÉPUBLIQUE

Laisser un commentaire